Anticor

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

paradis fiscaux

Merci à Denis Clerc et à son blog

Quand le sieur Pécresse explique : Pour lui, paradis fiscal « est une exception à préserver. Il joue un rôle agaçant mais stimulant, d’aiguillon, venant sans cesse rappeler le pouvoir d’attraction des économies faiblement taxées. (…) La vertu du paradis est de rappeler qu’il existe, non loin de lui, un enfer. » Une vertu pédagogique, donc : celle de rappeler que nous autres, Français résidents en France, vivons dans un enfer, dont les taux d’imposition sont « désormais, quasi-confiscatoires sur les hauts revenus. » Je ne dirai rien sur cet éloge surprenant du paradis, lieu d’élection et récompense des justes, sinon pour indiquer que, à mon avis, Jean-Francis Pécresse a du oublier son catéchisme, car, dans l’Evangile, les justes, ce sont plutôt les pauvres, ou ceux qui ont donné à manger à ceux qui avaient faim. Mais, là, je m’écarte.

Comme la Mathilde de la chanson de Jacques Brel, Jean-Francis Pécresse est revenu. Du fait de sa récente nomination (en octobre dernier) comme directeur de la rédaction de Radio-Classique (filiale du quotidien Les Echos), je me désolais un peu de devoir désormais passer mes nerfs sur d’autres « économistes » qui confondent bien commun et enrichissement, justice et économie de marché, éthique et finance. Heureusement, il n’en manque pas, mais j’avais un attachement particulier à Jean-Francis Pécresse, tant, dans ce domaine, il était – à mes yeux -, attachant, franc du collier et décomplexé. Sa défense des riches était touchante, il la menait par conviction (je n’ose dire par éthique), et pas seulement par désir d’ascension sociale, puisque, sur ce point, il a presque atteint le sommet : il ne lui reste plus guère qu’à remplacer Francis Morel ou Henri Gibier (respectivement directeur et directeur de la rédaction du quotidien Les Echos), ou à succéder au regretté Erik Izraelewicz au Monde (mais, là, ce sera plus difficile).

la suite

 

La corruption, véritable ennemie de notre Démocratie

La corruption, véritable ennemie de notre Démocratie

article publié en avril 2012

L’affaire QUICK a déclenché un effet domino qui a révélé l’implication de la Caisse des Dépôts et Consignations dans des affaires de corruption et de détournements de fonds publics qui se chiffrent à des milliards € au profit du Groupe FRERE/DESMARAIS, actionnaire notamment de GDF-SUEZ et de TOTAL. Le moment est venu de provoquer un débat national sur la corruption qui est la véritable ennemie de notre Démocratie.

Par Jean-Marie KUHN, lanceur d’alerte et plaignant dans l’affaire QUICK / CDC

Le prochain Président de la République (il est aujourd'hui connu c'est François HOLLANDE) aura besoin de s’appuyer sur la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) pour la mise en œuvre de sa politique économique.

Or la CDC est sous le coup d’une information judiciaire pour des faits de corruption présumée et des chefs de « faux, usage de faux, escroquerie et abus de confiance » visés dans la plainte (1) que j’ai déposée contre X le 24 juillet 2009 en Belgique et à laquelle s’est joint le Procureur du Roi. Ces chefs sont susceptibles d’être complétés notamment par blanchiment aggravé en bande organisée, prises illégales d’intérêts et association de malfaiteurs.

Ma plainte vise des acquisitions réalisées par la CDC auprès du Groupe FRERE/DESMARAIS pour 1,2 milliard €, dont celle des restaurants QUICK décrite sur le site financier de ZONEBOURSE sous forme d’une enquête qui en explique tous les tenants et aboutissants :

la suite

 

Vidéos Anticor sur France 2 dans Compléments d’enquête du 15/11/12

Un reportage de 12 mn  consacré à 2 de nos responsables de groupes locaux : Eric Darques pour Anticor 59 (également membre du Bureau et membre fondateur d’Anticor) et Jean-Christophe Picard pour Anticor 06. Y sont notamment traités l’affaire du Grand Stade de Lille et l’affaire de Vallauris, avec un autre de nos militants très actif sur place : Jean-Noël Falcou. Vous pouvez visionner ce reportage, scindé ci-dessous en 2 parties :

 

LAVALIN la corruption comme norme

SNC-Lavalin: une purge et ça presse

Depuis février dernier, le mystère ne cesse de s'épaissir chez SNC-Lavalin. Et l'arrestation hier de l'ex-PDG Pierre Duhaime tend à confirmer que les paiements douteux réalisés par la firme d'ingénierie n'ont pas seulement servi à décrocher des contrats dans le Proche-Orient, mais à obtenir aussi le lucratif mandat de construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Le mystère ne fait que se confirmer depuis que SNC-Lavalin a découvert l'existence de paiements douteux de 56 millions de dollars dans sa filiale de construction au Proche-Orient, ce qui a forcé la démission du PDG Pierre Duhaime en mars dernier - avec une généreuse indemnité de départ de 5 millions - et l'arrestation un mois plus tard, en Suisse, du vice-président, Riadh Ben Aïssa.

Il y a quelques semaines, La Presse a révélé que l'escouade Marteau aurait aussi découvert l'existence de versements frauduleux totalisant 22 millions qu'aurait faits SNC-Lavalin en vue d'obtenir le contrat de supervision de la construction du CUSM.

La fin de semaine dernière, on a appris que la police suisse enquêtait maintenant sur des paiements douteux totalisant 139 millions qu'aurait réalisés Ben Aïssa alors qu'il était directeur de l'exploitation de SNC-Lavalin pour le Proche-Orient, mais également responsable des activités globales de construction pour l'ensemble du groupe d'ingénierie.

Et hier, coup de théâtre, l'ex-PDG Pierre Duhaime a été arrêté à son domicile par l'Unité permanente anticorruption qui l'accuse de complot pour fraude, fraude et usage de faux pour le contrat du CUSM, comme l'avait dévoilé La Presse il y a deux mois.

suite

 

Livres

Arrangements, favoritisme et conflits d’intérêt

par Pierre Lascoumes

Pourquoi corruption et démocratie font-elles si bon ménage ? Pourquoi les citoyens continuent-ils d’accorder leur confiance à des acteurs politiques condamnés pour abus de fonction ? Tout se passe comme si la corruption était perçue à la fois comme un scandale et une fatalité. Avec une rigueur implacable, Pierre Lascoumes explore la « zone grise » de notre démocratie et donne des clés pour comprendre la défiance des citoyens vis-à-vis des institutions

Des scandales politico-financiers défraient régulièrement la chronique. Malgré leur réputation de légalisme, les élites françaises ont du mal à faire face aux situations problématiques : cumul de mandats, financement de la vie politique, conflits d’intérêts, etc. De leur côté, les citoyens font preuve d’ambivalence. Ils utilisent de nombreuses justifications pour excuser les comportements déviants de leurs élus. Dès lors, tout se passe comme si la corruption était perçue à la fois comme un scandale et une fatalité. Pourquoi corruption et démocratie font-elles si bon ménage ? Pourquoi les citoyens continuent-ils d’accorder leur confiance à des acteurs politiques condamnés pour abus de fonction ? Avec une rigueur implacable, Pierre Lascoumes explore la « zone grise » de notre démocratie et donne des clés pour comprendre la défiance des citoyens vis-à-vis des institutions – préalable indispensable à une réforme de la vie publique.

Pierre Lascoumes est directeur de recherches au CNRS. Il travaille au Centre d’études européennes de Sciences Po. Il a récemment publié Les Sentinelles de l’argent sale. Les banques aux prises avec l’antiblanchiment (avec G. Favarel-Garrigues et T. Godefroy, La Découverte, 2009) et Favoritisme et Corruption à la française. Petits arrangements avec la probité (Presses de Sciences Po, 2010).

 


 

Dictionnaire critique de la République

Par Vincent Duclert , Christophe Prochasson , publié dans L'Histoire n° 272 - 01/2003 +

Dans le gouvernement provisoire de février 1848, figurait l’« ouvrier Albert ». Dans tous les manuels de classe, nous avons rencontré ce personnage énigmatique, symbole social de la nouvelle République...

Voilà un des nombreux mystères dissipés par le Dictionnaire de la République , ici sous la plume d’Anne-Claude Ambroise-Rendu. Cet ouvrage solidement construit commence par un résumé historique des républiques françaises. Six parties suivent : 1) les idées et les valeurs (où l’on retiendra particulièrement « L’amitié », par Vincent Duclert et Christophe Prochasson, et « La vertu », par Olivier Ihl) ; 2) les modèles et les représentations (où figurent « La République des indigènes » par Emmanuelle Saada, et « La République des nomades », par Henriette Asséo) ; 3) les espaces et les temps (entre autres, « La famille, le couple, le foyer », par Patrice Bourdelais) ; 4) les pouvoirs et les institutions (un classique) ; 5) les symboles et les savoirs (distinguons notamment « La science », par Anne Rasmussen) ; 6) les pratiques et les identités, la partie la plus intéressante sans doute (« Apprendre », par Jean-François Chanet, « S’opposer », par Isabelle Backouche, « Trahir », par Anne Simonin...). Un épilogue complète l’ensemble par un défilé des « bustes », où l’on relèvera « Chevènement », mais pas Lamartine.

Une des difficultés de l’entreprise était de se distinguer du premier tome des Lieux de mémoire , de Pierre Nora (paru en 1984), consacré à « La République ». L’existence de cet ouvrage pionnier a obligé nos directeurs à ruser quelque peu : au lieu de « La Marseillaise » , on a « Les hymnes » ; au lieu du « Panthéon », « L’hommage, la nécrologie, l’éloge funèbre »... Mais, après tout, l’histoire n’est jamais définitivement écrite !

Comme tous les ouvrages de ce type, ce dictionnaire critique n’est pas fait pour être lu dans la continuité, mais pour être dégusté à petites gorgées comme un bon alcool, en sautant d’un sujet à l’autre, d’une partie à l’autre. C’est intelligent, vivant, informé. Forcément inégal, mais, au total, sous le raz de marée des dictionnaires, celui-ci mérite une mention spéciale.

Ajoutons que, placé sous la tutelle discrète des « anciens » (Jean-Jacques Becker, Jacques Julliard, Madeleine Rebérioux), il est largement écrit par les historien(ne)s des nouvelles générations, encore peu connus.

 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 3

FacebookGoogle BookmarksTwitter

blanchiment-argent-euros-istock4209343.jpg

Nouvelles

SNC-Lavalin: une purge et ça presse

Depuis février dernier, le mystère ne cesse de s'épaissir chez SNC-Lavalin. Et l'arrestation hier de l'ex-PDG Pierre Duhaime tend à confirmer que les paiements douteux réalisés par la firme d'ingénierie n'ont pas seulement servi à décrocher des contrats dans le Proche-Orient, mais à obtenir aussi le lucratif mandat de construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Le mystère ne fait que se confirmer depuis que SNC-Lavalin a découvert l'existence de paiements douteux de 56 millions de dollars dans sa filiale de construction au Proche-Orient, ce qui a forcé la démission du PDG Pierre Duhaime en mars dernier - avec une généreuse indemnité de départ de 5 millions - et l'arrestation un mois plus tard, en Suisse, du vice-président, Riadh Ben Aïssa.

Il y a quelques semaines, La Presse a révélé que l'escouade Marteau aurait aussi découvert l'existence de versements frauduleux totalisant 22 millions qu'aurait faits SNC-Lavalin en vue d'obtenir le contrat de supervision de la construction du CUSM.

La fin de semaine dernière, on a appris que la police suisse enquêtait maintenant sur des paiements douteux totalisant 139 millions qu'aurait réalisés Ben Aïssa alors qu'il était directeur de l'exploitation de SNC-Lavalin pour le Proche-Orient, mais également responsable des activités globales de construction pour l'ensemble du groupe d'ingénierie.

Et hier, coup de théâtre, l'ex-PDG Pierre Duhaime a été arrêté à son domicile par l'Unité permanente anticorruption qui l'accuse de complot pour fraude, fraude et usage de faux pour le contrat du CUSM, comme l'avait dévoilé La Presse il y a deux mois.

suite